Scénographie de l’exposition « Où sont les étoiles ? Gaia L’arpenteur de le l’espace « 

428653_196026880546221_1295808482_n

Visite virtuelle de l’exposition présentant le satellite Gaia dont le lancement est planifié en fin d’année 2013. L’exposition, inaugurée le 16 mai 2013 a été présentée au Parc Phoenix de Nice jusqu’au 15 septembre 2013.

Présentation du projet

Gaia est un projet instrumental d’astrométrie dans l’espace de l’ESA. Il s’agit d’un satellite qui sera envoyé en orbite stable à environ 1,5 million de kilomètres par un lanceur Soyouz à l’automne 2013. L’objectif est d’observer et cartographier précisément plus d’un milliard d’objets célestes. L’innovation de ce satellite réside dans sa richesse d’information et sa précision sur les positions, les distances et les mouvements des objets. Gaia permettra également de mieux connaître la composition, la formation et l’évolution de notre Galaxie. L’ESA est la maîtrise d’ouvrage de ce projet spatial et c’est EADS Astrium qui en est la maîtrise d’œuvre.

Il s’agit donc d’une exposition qui a pour but de présenter ce nouveau satellite qui surpassera, en termes de qualité d’information, son prédécesseur Hipparcos, à la veille de son lancement. La conception de l’ensemble des contenus scientifique a été effectuée par les chercheurs de l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) qui se sont généreusement dévoués pour écrire les textes ou réaliser des maquettes. EADS Astrium et le CNES ont généreusement participé à ce projet de médiation notamment par le prêt de pièces d’exposition du satellite.

L’exposition a été inaugurée le 16 mai dernier au Parc Phoenix de Nice, et à mon arrivée à l’OCA, ce projet d’exposition touchait déjà à son terme. Les maquettes avaient été commandées, certaines étaient déjà livrées. Les textes étaient pour la plupart, écrits ou en cours de rédaction par les chercheurs. La conception des panneaux étaient presque terminée. Les vidéos avaient déjà été choisies et les droits avaient déjà été obtenus. En somme, le projet avait déjà bien avancé et semblait se terminer prochainement. Un seul aspect de cette exposition manquait littéralement dans ce foisonnement de dynamisme et n’avait pas encore été pris sérieusement en compte : la scénographie. Cette mise en volume des différents éléments était prévue pour les derniers jours de préparatif de ce projet.

Mon implication a donc consisté à réaliser la scénographie de cette exposition à partir de tout ce travail déjà effectué en amont. J’ai opté pour une méthodologie rapide et efficace via une modélisation 3D. Cela permet de se rendre rapidement compte du degré d’harmonie dans le volume occupé (200 m²), puisqu’une exposition ne se visite pas dans un plan, mais bien dans un volume. Sur proposition personnelle, la réalisation d’un modèle en 3 dimensions (3D) de la salle d’exposition a été acceptée et m’a été confiée. En effet, maitrisant le programme de modélisation Sketchup, je me suis proposé de générer ce document. Cette modélisation a nécessité une visite de repérage la plus précise possible (dimensions, localisation des prises, photographies, etc.). J’ai également modélisé l’ensemble du mobilier mis à disposition (vitrines, grilles, chaises etc.), les panneaux, les portes et même les prises électriques ! Après cela, je me suis aperçu que le rendu final nécessitait la présence graphique des palmiers plantés à l’extérieur et il est indéniable que cela change tout !

Je vous propose donc ici, une visite virtuelle de ce modèle numérique dont chaque détail a été respecté lors de l’installation finale.

Présentation de l’exposition sur le site de l’OCA : cliquer ici
Inauguration du 16 mai 2013 : cliquer ici

Visite virtuelle synthétique

Rendu réel de l’exposition

Publicités